Rate this post

Alice | marketeuse B2B

Aïe, aïe, aïe ! Je m’en doutais. 2016 va être une année compliquée! La semaine dernière, nous avons eu droit à la présentation des vœux de notre Président à l’ensemble des collaborateurs du siège de l’entreprise. Il y avait foule dans la salle de conférence. Les équipes marketing, communication, commerciales, support, etc. étaient là au grand complet pour écouter le discours du Président. Tout le monde savait en arrivant que, comme chaque année, la présentation des vœux serait une réunion à double tranchant. Mais, pour ma part, j’étais loin de me douter qu’elle serait aussi aiguisée !

Il y a d’abord eu le côté festif, chacun papotait, une coupe de champagne dans une main et une part de galette dans l’autre. Et c’est une rare occasion de voir autant de personnes du siège, rassemblées dans une ambiance détendue. Enfin, ça, en général, c’est avant le discours du Président. Car, après on bascule vers l’autre versant de la réunion…

Le discours du Président…

Après être monté sur l’estrade, installée un peu à la hâte par les services techniques, le Président a pris place derrière le pupitre. D’un geste calme de la main, il a fait taire le brouhaha et débuté son discours. Quelques plaisanteries et vœux d’usage plus tard, est venu le temps, toujours redouté, de dresser le bilan de l’année écoulée et de fixer les grands objectifs de l’année à venir : « En 2015, notre entreprise a franchi la barre des 3 milliards d’euros de chiffre d’affaires. C’est une réelle satisfaction d’avoir réalisé une telle croissance et d’avoir même dépassé nos objectifs. Et je félicite tous les collaborateurs qui ont participé à ce succès ». Dans la salle, nombre de personnes se sont alors détendues et certaines ont même arboré un sourire. C’est drôle, mais je ne me suis pas senti concernée par cette légère euphorie qui semblait pourtant si communicative. Et la suite du discours du Président m’a donné raison : « Cependant, cette croissance a été essentiellement portée par nos activités BtoC, en France et en Grande-Bretagne. Le démarrage de nos activités BtoB au Royaume-Uni est également très prometteur ». A ce moment-là, en tant que responsable marketing BtoB France, j’ai tout de suite pressenti que 2016, qui débutait à peine, ne serait pas une année comme les autres. Et le Président de poursuivre : « en effet, nos activités BtoB en France n’ont pas connu le développement souhaité en 2015, avec un chiffre d’affaires décevant de 900 millions d’euros. La croissance de nos activités BtoB en France, fera donc l’objet d’un focus particulier pour cette nouvelle année. Avec pour objectif, une croissance de 3% de notre chiffre d’affaires dès le premier semestre 2016, par rapport au premier semestre 2015. Et je compte sur une forte implication des personnes concernées, qui sauront se reconnaître, pour atteindre cet objectif ».
Bingo, c’était moi ! Un frisson a instantanément parcouru mon dos de bas en haut. J’ai eu l’impression que le Président venait de pointer son doigt sur moi et que tout le monde me regardait avec un sourire moqueur. Je venais d’être désignée, chiffres à l’appui, comme le maillon faible de la croissance de l’entreprise.

20 000 !

J’ai fini d’un trait ma coupe de champagne, après avoir failli m’étouffer avec la galette et, sans attendre la fin du discours je suis allé directement aux toilettes. Une fois enfermée, j’ai sorti mon portable de ma poche, j’ai lancé l’application calculatrice et je me suis mise à tapoter fébrilement sur l’écran. Alors 3% de croissance, ça fait… tac… multiplié par…ok = 20 000 ! 20 000 !!! Je dois générer 20 000 leads sur le premier semestre 2016 ! Une fois le moment de stupeur passée, je me rejette sur mon téléphone. Alors, ça fait 20 000… divisé par… ok… = + 20% ! 20% de leads supplémentaires par rapport au deuxième semestre 2015. Une bagatelle. J’ai alors ressenti comme un poids supplémentaire sur les épaules. Pas grand-chose… juste 10% de plus de chaque côté !

On respire !

Après avoir pris une grande respiration, puis une autre, je suis sortie des toilettes, l’air de rien, pour affronter le premier jour du reste de ma vie de marketeuse B2B.
Et ça n’a pas manqué. Le Président venait de finir son discours, le brouhaha avait repris sa place. Je suis tombé nez à nez avec Cyril, notre directeur commercial : « Alors, Alice, il va falloir que tu nous fasses des merveilles au premier semestre ? ». Cyril est toujours un brin goguenard et dès qu’il peut placer mon prénom et « merveilles » dans la même phrase, c’est plus fort que lui ! Mais c’est surtout un proche du Président. Plus qu’un simple collaborateur, il a sa confiance et son oreille. Aussi, peut-être à tort, nous faisons toujours attention à ce que nous lui disons.
Mais là, de toute façon, je ne savais pas quoi lui dire. Alors, j’ai lâché un timide : « Il paraît ! » agrémenté d’un léger rictus (sourire, malgré mes efforts, ça n’a pas été possible) et j’ai continué mon chemin tête baissée. Arrivée à mon bureau, c’est Cécile, la directrice marketing et communication, ma boss, qui en a rajouté une couche : « Bon Alice, tu as entendu le Président ? Il va vraiment falloir s’activer en ce début d’année ». Sans blague ? Je n’ai pas particulièrement l’impression d’avoir été passive l’année dernière. Passons. « Oui Cécile, on va essayer ». « Ah non, Alice, on ne va pas essayer, tu vas réussir ! ».

Oui, mais comment ?

A suivre…
Alice atteindra-t-elle son objectif ? Pour le découvrir, suivez son journal de bord sur ce blog. Une aventure à lire et partager toutes les deux semaines.

 

Découvrez l’extrait du ” Journal de Bord d’Alice, Marketeuse B2B au Pays du Big Data “