L’un des principaux indicateurs de performances de vos campagnes est le taux de délivrabilité, c’est-à-dire la proportion de mails qui atteint réellement leurs destinataires. Il est vrai qu’entre l’envoi et la réception, les écueils ne manquent pas : adresses fausses ou invalides, filtres antispam, erreurs d’acheminement… Il est donc indispensable de suivre certaines bonnes pratiques pour éviter les embûches.

Parmi ces bonnes pratiques figurent des aspects techniques (usage de certaines balises, choix du serveur SMTP ou différentes méthodes d’identification). Mais avant tout, il convient de soigner la relation avec vos contacts, la présentation de vos messages et la qualité de vos bases de données.

 

Rester désirable

Vous souhaitez envoyer régulièrement des emails à vos contacts ? Sachez rester désirable pour éviter qu’ils ne rejettent systématiquement vos messages et les déclarent en spam. En effet, il est souvent plus facile de classer un message en spam que de suivre la procédure de désabonnement. Alors pour rester désirable, soignez la qualité et la pertinence de vos messages. Pour réussir, l’e-mailing ne doit plus être un media de masse aux messages indifférenciés. Au contraire, personnalisez au maximum pour rendre vos propositions les plus pertinentes.

 

Comment se différencier des spammeurs ?

Quoi de pire que de voir sa campagne d’emailing confondue avec celle d’un vulgaire spammeur ? Il faut donc s’en différencier à tout prix pour éviter de se retrouver dans les poubelles des pourriels !

• Soignez l’objet du mail. N’écrivez pas en majuscules, évitez les caractères spéciaux : « # » ou « % », respectez un nombre maximum de caractères, personnalisez-le (nous en parlions ici) .

• Trouvez et respectez un bon équilibre le texte de votre mail et la place de l’image et bannissez l’image unique (corps de mail composé uniquement d’une image).

• Apportez un contenu à haute valeur ajoutée à vos lecteurs.

• Ne trichez pas avec votre public. Laissez le lien de désabonnement accessible !

 

Investissez dans la qualité de votre base de données de contacts

A l’évidence, une base de données doit être tenue à jour pour minimiser les NPAI et rejets. Mais une base de données de mauvaise qualité a d’autres conséquences bien plus graves. En effet, les filtres antispam se nourrissent entre autres des campagnes emails ratées et en particulier de celles dont le taux de NPAI est supérieur à 20%. Pour éviter cet écueil, soignez donc votre base de données interne et choisissez une base externe de qualité, mise à jour régulièrement.

Enfin, ces règles ne sont pas immuables. Les FAI et gestionnaires de domaines changent régulièrement les paramètres de leurs filtres antispam. Vous devez donc vérifier en permanence les performances de vos campagnes et adapter vos envois en fonction de contraintes toujours nouvelles.

 

En savoir plus

Augmenter la délivrabilité de ses e-mails
Délivrabilité : Un nouveau tour de vis chez les FAI français

 

Découvrez l’extrait du livre blanc “Comment le Big Data fait évoluer les pratiques commerciales”