Rate this post

A/B testing… Derrière ce terme évoquant davantage les mathématiques que le marketing, se cache un outil propre au web et terriblement efficace.  Le concept en lui même est très simple. Il consiste à mettre en ligne deux déclinaisons différentes d’une même page (par exemple une rouge et une verte), puis de diriger votre trafic visiteurs vers l’une ou l’autre. Laquelle va rencontrer le plus de succès (en termes de clics sur des liens internes, en termes de temps passé, etc.) ? La rouge ou la verte ? En fonction du résultat, vous connaitrez ainsi l’option favorisée par votre cible.

Voilà pour le principe élémentaire. Mais ce genre de test peut bien sûr s’appliquer à des investigations beaucoup plus sophistiquées sur les performances de votre site internet. Certains marketeurs y recourent au démarrage d’un projet pour se décider sur la direction générale à prendre. D’autres l’utilisent sur un micro détail visuel aux conséquences supposées majeures.

C’est pourquoi il est très prisé lorsque l’on cherche à affiner les performances de son tunnel de conversion e-commerce. Sachant que le moindre changement (typiquement la forme, la couleur ou l’emplacement du bouton call-to-action) peut avoir de fortes répercussions sur le chiffre d’affaires final, l’A/B testing est le « meilleur ami » des web marchands.

Notons enfin que la mise en place est aisément gérable par un technicien du web. Il suffit  d’inscrire une ligne de code en Javascript sur la page web que l’on souhaite tester. Un logiciel SaaS (Software as a Service) dédié s’assure ensuite que A et B reçoivent le même nombre de visiteurs. A la fin du test, cet outil fournit toutes les statistiques attendues.

 

Découvrez l’extrait du livre blanc “Comment le Big Data fait évoluer les pratiques commerciales”