Pour la deuxième année consécutive, Zebaz interroge les responsables et les directeurs marketing et commerciaux sur les pratiques liées à l’e-mailing. Les conseils et les recommandations fourmillent sur internet. Le plus souvent, vous les retrouvez sous la forme d’infographies, de vidéos, de slide share…

Alors qu’avez-vous retenu des informations prodiguées par les experts ? 

Vous découvrirez le rapport d’ici quelques mois, après avoir participé aux sondages qui permettra de dresser un état des lieux sur l’utilisation de l’emailing en 2013.

etude emailing en 2013

Pour l’heure, voici un récapitulatif des chiffres clés de l’emailing en 2012*

  • 41, 5 millions : désigne le nombre d’internautes qui consultent leurs emails tous les jours
  • 94 millions : représente le chiffre d’affaires de l’e-mailing en 2012 soit une augmentation de 8% par rapport à 2011
  • 126 milliards : correspond au nombre d’emails routés en France (+9.5%). Un chiffre en régression (+ 44% en 2010 vs + 17% en 2011) qui s’explique par « un  ralentissement de la croissance des volumes envoyés » comme l’évoque le Sncd (Syndicat nationale de la communication directe).

 

En effet, le secteur de l’email gagne en maturité chaque année ! Le travail de segmentation sur les bases de données commerciales s’est affiné. Désormais l’envoi d’emails se fait sur des volumes plus restreints et sur des cibles clairement identifiées ce qui permet de développer en amont un programme relationnel personnalisé.

Par ailleurs, cette pratique moins onéreuse réduit les frais de routage, en plus de réduire les taux de déperdition. Rappelons qu’une base de données clients mal entretenue peut affecter la qualité de réception des emails, au risque que votre message ne parvienne jamais aux destinataires. A noter également que les FAI y prêtent une attention particulière.

>> Découvrez le résultat de l’étude Zebaz sur l’emailing en 2013 <<

*Source Sncd et SRI