Scoopit | Conférence Stratégie de contenus web

Scoop-it organisait mercredi 8 juillet 2015 sa 3ème Conférence sur les Stratégies de Contenus Marketing Web 2015.

Pour cette occasion, environ 200 marketeurs de tous horizons s’étaient réunis dans l’auditorium du siège de la Banque Postale à Paris.

[accordion]
[acc_item title=”Le contenu : un moyen et non un objectif !“]

Jérémie ABRIC, Directeur Stratégie de l’agence de communication Dagobert, a introduit le cycle de conférences en revenant sur le fait qu’en Marketing, le contenu n’est pas un objectif, mais un moyen. Le Marketing de contenu monte en puissance dans un contexte paradoxal où les gens sont de moins en moins réceptifs car sur-sollicités.

Pour répondre à cette difficulté, il est nécessaire de proposer de nouveaux types de contenus permettant de recréer une relation constructive et durable avec son audience : personnaliser le message, démontrer une vraie utilité, réinventer le sens de la relation entre une marque et son public.

[/acc_item]

[acc_item title=”E-réputation & Réseaux sociaux : leviers de la transformation digitale“]

Ensuite, Karine LAZIMI, Head of Digital Experience chez Allianz, est intervenue pour expliquer en quoi l’E-reputation et les réseaux sociaux sont des leviers de la transformation digitale. Elle a partagé son expérience au sein d’Allianz sur la nécessité pour les entreprises d’être présentes sur les réseaux sociaux. Cela permet notamment d’établir une proximité avec les clients et d’être plus réactif à leurs attentes.

Le facteur humain restant essentiel dans la relation entre une entreprise et son audience, elle est revenue sur l’importance de disposer d’ambassadeurs de marque (employés, clients) pour véhiculer les messages et valeurs de l’entreprise auprès du public.

[/acc_item]

[acc_item title=”Créer de l’émotion pour être partagé“]

Carole ZIBI, Directrice Marketing Stratégique chez Linkedin est montée sur scène pour exposer une thèse : le contenu de doit plus être considéré comme rationnel, mais plutôt comme générateur d’émotions. Il faut désormais créer du contenu qui engage et qui est digne d’être partagé. Il est important de faire de ses employés, clients, partenaires et followers, des ambassadeurs pour relayer un contenu à la fois percutant et authentique. Le nouveau cercle d’influence sur les réseaux sociaux, c’est le réseau de votre réseau.

[/acc_item]

[acc_item title=”Evangéliser : le rôle des influenceurs“]

Caroline BARON, Responsable Marketing & Communication chez Augure, lui a succédé à la tribune pour parler de l’importance prises aujourd’hui par les influenceurs dans les stratégies Marketing. Ceux-ci se répartissent en trois catégories : les célébrités, les leaders d’opinion & experts, et les leaders de communautés & consomm’acteurs.

Chacune de ces catégories d’influenceurs disposent de « super pouvoirs » spécifiques (popularité, expertise, recommandation, etc.) qu’il convient d’utiliser en fonction des objectifs fixés.

Chacun d’eux attend en échange que la marque réponde à ses attentes (rémunération, valeur pour leur audience, avantages, reconnaissance au sein de leur communauté, etc.). Toute stratégie vis-à-vis des influenceurs, qu’il s’agisse de conquête ou de fidélisation, passe par plusieurs étapes : identification, écoute, engagement et mesure des résultats (trafic, leads, etc.).

[/acc_item]

[acc_item title=”LEAN Content : le contenu est Roi !“]

Marc ROUGIER, président et co-fondateur de Scoop-it, a ensuite pris la parole pour exposer son concept du LEAN Content Marketing :

  • Leverage (influence)
  • Experiment (expérimentation)
  • Automate (automatisation)
  • N’ Measure (mesure des résultats)

Pour Marc ROUGIER, tout marketeur qui souhaite faire du LEAN Content Marketing doit respecter une check list précise :

  • Faire de la curation
  • Recycler ses propres contenus et idées (une idée peut se décliner en 10 contenus)
  • Maîtriser le temps
  • Travailler avec les influenceurs
  • Outsourcer la création de contenus
  • Travailler en équipe (mettre à contribution les collaborateurs de l’entreprise)
  • Automatiser les tâches intermédiaires.

Nous reviendrons plus en détail sur le concept très intéressant de LEAN Content Marketing dans un article complémentaire à paraître sur Zebaz Infos.

[/acc_item]

[acc_item title=”Le Big Data pour faire du Marketing autrement“]

Pour David BESSIS, CEO de Tinyclues, le E-Commerce a beaucoup de bénéfices à tirer du Big Data pour renouveler les techniques Marketing.

Jusqu’à présent, l’E-commerçant utilisait deux types de techniques :

  • Le spam sur des volumes de contacts élevés mais au rendement faible
  • Le retargeting sur des volumes de contacts faibles mais au rendement élevé.

Toutefois, aujourd’hui ces techniques sont inopérantes sur de nombreux produits de niche. Le Big Data, grâce aux algorithmes prédictifs, permet de trouver de nouvelles solutions pour identifier des cibles très précises correspondant à des offres spécifiques. Comment ? En analysant toutes les données clients disponibles pour rechercher les clients « look alike ». C’est-à-dire les clients dont les caractéristiques sont similaires à ceux ayant déjà acheté le produit. C’est ici que le Big Data se met au service du Marketing :

  • En permettant de ne plus faire du Marketing de masse
  • En permettant de pousser des produits de niche sur des cibles spécifiques
  • En permettant de faire du trend Marketing

[/acc_item]

[acc_item title=”Tendances et enjeux du contenu en 2015“]

Le cycle de conférences s’est conclu par l’intervention de Frédéric CAVAZZA, consultant et conférencier. Ce dernier a dressé le tableau des tendances et enjeux du contenu pour l’année 2015.

Il en ressort que le web est passé en 20 ans, d’une bibliothèque d’informations à un média où l’on essaye d’avoir une audience la plus large possible.

L’évolution des usages et des technologies a eu un impact sur la nature des contenus. Les nouveaux supports mobiles ont rendu les contenus plus « sexy » et de plus en plus compacts. Avec l’avènement des smart watch, on atteint le bout de la miniaturisation des contenus.

Pour Frédéric CAVAZZA, ce n’est pas bon signe car cette évolution nuit à la création de contenus intelligents au profit d’une généralisation de contenus simplistes ou « débilisants » tels que les listicles (ex : les 10 pires robes du Festival de Cannes, etc.).

Toutefois, il ne faut trop noircir le tableau. De nouveaux formats intéressants se développent également comme les web documentaires ou les articles enrichis et interactifs, intégrant des éléments vidéo, audio, etc.

Enfin, apparaissent de nouveaux modèles économiques autour des contenus : les publicités natives, les contenus sponsorisés, et dernièrement le ciblage affinitaire : On voit ainsi émerger une nouvelle génération de portails web sans bannière, sans contenu sponsorisé. Ces portails vont travailler une verticale (ex : les jeunes de 20-25 ans). Ils vont produire un flot de contenus destinés à cette cible puis agréger les données collectées sur les lecteurs. Ensuite, ils commercialisent ces données sur des DMP au profit d’autres entreprises en recherche de données catégorielles pour mieux cibler leurs audiences Marketing.

Au final, cette 3ème Conférence Stratégies de Contenus Marketing Web a tenu toutes ses promesses : des intervenants de qualité, une salle pleine et une transmission de connaissances et nouvelles idées pour faire progresser les marketeurs dans leurs stratégies de contenus.

[/acc_item]

[/accordion]