Rate this post

Complètement has been, le mailing courrier ? Ne l’enterrons pas trop vite. S’il est vrai que le coût d’envoi ne résiste pas à la comparaison avec l’emailing, il conserve quelques atouts. Sans en abuser, voici 4 bonnes raisons d’envisager cette alternative dans un contexte business to business :

 

1. Rare donc valeureux :

dans la mesure où le B to B ne jure plus que par les campagnes digitales désormais, l’envoi d’un courrier constitue une excellente manière de se démarquer. Seule condition majeure : ne pas être confondu avec un vulgaire prospectus de la grande distribution… Quoi qu’il en soit, en atterrissant sur le bureau de vos prospects plutôt que dans leur boite mail, vous courrez finalement moins de risques d’être assimilé à un spammeur.

 

2. Tout le monde ouvre son courrier :

alors qu’il est devenu très courant de supprimer un email sans l’ouvrir, cet acte réflexe est beaucoup plus rare lorsque l’on reçoit une lettre. Quitte à être survolée quelques secondes, la probabilité est faible qu’elle finisse à la poubelle sans même être décachetée.

 

3. Un peu d’humanité dans ce monde de brutes :

même si nous avons fini par l’oublier, un courrier présente l’avantage de faire appel à trois sens (la vue, le toucher et l’odeur) tandis que l’email doit se contenter de la vue. Sans en avoir conscience, le cortex droit de vos leads n’y restera pas insensible.

 

4. Vive le cross canal :

fini la guéguerre click vs mortar ! En 2014, le media courrier s’envisage bien sûr comme une première étape appelant ceux qui le reçoivent à taper votre nom sur Google afin d’en savoir plus sur vos activités. De ce fait, attention à ce que le cheminement vers votre site web soit très clairement signalé dans votre missive.

 

Découvrez l’extrait du livre blanc “EMAILING : Le canal marketing préféré des entreprises”