Aujourd’hui, le Cloud et de Big Data ouvrent de nouvelles perspectives et portent en eux des promesses d’analyses des données. Les grands volumes de données permettent d’agir et d’ajuster les décisions les plus microscopiques. La dimension sociale des données est désormais bien en place. De vastes réseaux redéfinissent la qualité de la relation client avec une importance de la participation et de l’engagement, permettant de transformer les clients en véritables acteurs du marketing.

Un petit rappel de ce que le CRM peut faire si on l’apprivoise

(sans doute pas utile aux marketeurs chevronnés (quoique) mais pertinent pour les néophytes)

  • Il réduit les coûts de gestion de la relation client
  • Il améliore les services délivrés
  • Il renforce la qualité de la relation
  • Il permet d’analyser les sensibilités aux prix et à la qualité pour permettre de personnaliser davantage les services clients

Une fois cette base posée on parle de social CRM ou d’Open Data. Plus que gérer des rendements à coup de campagnes, il est important de structurer l’audience et les médias. L’ampleur du mouvement, les changements d’échelles dans l’acquisition des données, invitent à réfléchir. Le Berkam Center, le VRM, le mouvement de l’Open-data, ou encore les défenseurs de la privacy, contribuent à dessiner un autre visage du CRM. A suivre…

Lire l’article intégral

 

Découvrez l’extrait du blog book “Comment améliorer sa prospection commerciale en B2B”