3 conseils pour réussir une campagne de SMS marketing(1)En dépit de la multiplication des canaux numériques, le SMS reste d’une efficacité redoutable en matière de marketing. A condition de respecter quelques règles.

Qui a dit que le SMS marketing était démodé ? Apparu au début des années 90, il connaît un retour de flamme en dépit de la multiplication des canaux numériques. Le texto a, de fait, de sérieux atouts pour lui. Pas d’anti-spam ou d’erreur dans l’adresse mail, le SMS atteint toujours son but. A la différence des courriels qui traînent dans les boîtes aux lettres, tout le monde ou presque lit ses SMS. Le taux de lecture atteint les 95 % quand les campagnes d’e-mailing plafonnent au grand maximum à 30 %.

En dépit des messageries instantanées de type WhatsApp ou Messenger, il ne s’est d’ailleurs jamais échangé autant de SMS, y compris entre jeunes actifs de la génération Y. En moyenne, un utilisateur émet 250 messages par mois selon l’Arcep, le régulateur des télécoms.

Non seulement le message est lu rapidement – dans les minutes qui suivent sa notification – mais il est rarement supprimé. Pas besoin de wifi ou de 4G, la fonction SMS est activée en permanence. Enfin, la concision du texte fait qu’il est facilement mémorisable. Bref, le SMS est un canal de diffusion terriblement efficace.

Mais si le SMS marketing s’est généralisé dans le grand public, il en va autrement en BtoB. Envoyer des messages sur des téléphones professionnels peut être jugé intrusif par certains. Et donc s’avérer contre-productif. Il convient d’utiliser ce média à bon escient et avec parcimonie. Quelques règles permettent d’encadrer son usage.

Respecter le cadre légal

Pour limiter ce caractère intrusif, il convient de s’assurer que vos prospects et clients ont explicitement donné leur accord (opt-in) pour être démarchés au moment de la collecte de leur numéro de téléphone mobile. La Cnil prévoit toutefois une exception à ce principe : « si la personne prospectée est déjà cliente de l’entreprise et si la prospection concerne des produits ou services analogues à ceux déjà fournis par l’entreprise ». La personne doit être néanmoins informée au moment de la collecte de son numéro de téléphone que celui-ci sera utilisé à des fins de prospection et qu’elle pourra ensuite s’y opposer.

En termes de mentions légales, le message doit comprendre l’identité de l’annonceur ainsi qu’un moyen de s’opposer à la réception de nouvelles sollicitations. Cette mention se présente à la fin du message sous le libellé Stop suivi d’un numéro court de type « Stop au 36608 ». Enfin, la loi interdit l’envoi de SMS commerciaux du lundi au samedi de 20 h à 8 h, le dimanche toute la journée et les jours fériés.

Rédiger un texte percutant

Vous avez 160 caractères pour convaincre et même moins en tenant compte de la place prise par les mentions légales. Pas de possibilité donc de dérouler un long argumentaire ou valoriser une expertise, il s’agit d’informer vos prospects et/ou clients sur un sujet précis.

Média chaud, le SMS apporte un caractère urgent et instantané au message. Il faut jouer sur cet effet de temporalité. Le message peut porter sur le lancement éminent d’un produit ou d’un service, le téléchargement d’un nouveau livre blanc, une offre promotionnelle réduite dans le temps (réduction, essai gratuit, code promo…), la tenue d’un événement (webinaire, salon…). Si vous insérez un lien, utilisez un raccourcisseur d’URL de type bit.ly afin d’économiser quelques précieux caractères.

L’objectif de la campagne doit être également bien défini. S’agit-il d’acquérir de nouveaux clients ? De créer du trafic sur votre site web ? D’accompagner un lancement ? En fonction de cet objectif, l’horaire d’envoi peut différer. Il en va de même de la segmentation du fichier. Il est possible de réaliser des campagnes de SMS géolocalisés ou à destination d’une cible spécifique selon la fonction ou le secteur d’activité.

Jouer la complémentarité avec l’e-mailing

On l’a compris le SMS est un média à utiliser ponctuellement en appoint d’une stratégie marketing multicanal. Il peut notamment compléter intelligemment une campagne d’e-mailing. Par exemple, valider une inscription ou rappeler un événement aux prospects qui ont répondu positivement à un e-mail. Ces derniers ayant donné leur accord pour recevoir des informations complémentaires.